Assurance voyage : quelles sont les garanties les plus indispensables ?


7 novembre 2019 Facebook Twitter LinkedIn Google+ News,Tourisme



Vous partez en vacances sous les tropiques, au fin fond de l’Inde ou au cœur de la brousse kenyane ? Vous avez peaufiné votre programme dans ses moindres détails. Tout est maîtrisé. Un vrai travail de pro. Bien sûr, il n’est pas question de compromettre cette petite dizaine de jours que vous attendez toute l’année.

Et pourtant… gambader dans des contrées exotiques peut très vite virer au cauchemar, à fortiori si vous n’avez pas fait preuve de prudence et de prévoyance avec de décoller : une gastro, une fracture, un accident de la route, une chute au ski, un imprévu de dernière minute qui vous oblige à tout annuler… l’assurance voyage, ce n’est pas simplement une charge de plus qui vient alourdir la facture. C’est un indispensable sur lequel aucun compromis n’est permis. Voici les garanties les plus indispensables sur votre police d’assurance.

Les frais médicaux et le rapatriement : les clauses les plus décisives

Vous voyagez en dehors de l’Union Européenne ? C’est parfait pour le dépaysement… moins pour les dépenses de santé. S’il vous arrive un contretemps de santé ou si vous subissez un accident, vous allez devoir régler la totalité des frais médicaux sur place. Vous ne serez remboursé (d’une partie) de vos dépenses qu’à votre retour en France, sur la base des tarifs forfaitaires qui s’appliquent dans l’Hexagone.

A Miami, un passage aux urgences vous coutera plus de 50 000 € !

Et autant vous dire qu’ils sont loin d’égaler ce qui se fait aux Etats-Unis, par exemple. On est sur une différence du simple au quintuple, voire plus ! En somme, vous pouvez tout simplement vous ruiner si vous avez le malheur de vous faire hospitaliser aux USA sans police d’assurance. Un passage aux urgences à Miami coûtera facilement plus de 50 000 € ! Cette dernière prendra en charge les frais de chirurgie et d’hospitalisation, mais également dans l’achat de médicaments, dans les actes paramédicaux, dans le transport à l’hôpital ou encore les analyses au laboratoire.

Attention aux clauses du contrat d’assurance

N’oubliez pas que notre organisme a plus de chances de voir son fonctionnement déréglé dans les environnements auxquels il n’est pas habitué. Etre bien portant (en temps normal) ne vous empêchera pas de plier face à un virus ou à une bactérie que l’on ne retrouve pas forcément chez nous (en tout pas sous la même forme ou souche).

Faites attention aux clauses suivantes : le plafond du montant remboursé (qui peut varier en fonction de votre destination), les exclusions (les maladies chroniques dont vous souffrez déjà mais qui peuvent s’aggraver pendant le voyage), les délais de carence, le rapatriement en cas de maladie invalidante, l’assistance juridique, etc.

Si vous êtes vraiment prévoyant, on vous conseille vivement de souscrire à une assurance voyage qui prévoit des procédures en cas de décès. On n’est jamais trop prudent. Votre compagnie d’assurance prendra en charge le transport du corps depuis le lieu de mise en bière jusqu’à l’aéroport le plus proche de votre domicile en France. Là encore, il ne faut pas oublier qu’un tel transport pourrait couter des dizaines de milliers d’euros à votre famille. Vous n’empêcherez pas le deuil, mais vous épargnerez à vos proches une sacrée coupe budgétaire… ils n’auront que les cartes de remerciement de décès à payer, et un (long) deuil à faire mais ça, c’est une autre histoire…

Les autres clauses de l’assurance voyage

La partie médicale et le rapatriement sont, de loin, les clauses les plus importantes de votre assurance voyage… mais d’autres options peuvent se révéler particulièrement utiles en fonction de votre « profil » de voyageur.

Saviez-vous par exemple que chaque année, plus de 25 millions de bagages ont été égarés par les compagnies aériennes ? Si ces dernières remboursent, elles le font rarement à hauteur du préjudice subi. C’est ici qu’intervient l’assurance « bagages » qui réglera le reste, pour peu que vous soyez en mesure de justifier l’existence et la valeur des biens dont vous demandez le remboursement.

L’assurance annulation devient indispensable lorsque les frais engagés avant votre départ sont importants. Cette clause vous rembourse votre billet d’avion, votre réservation à l’hôtel et les autres prestations payées à l’avance (et non remboursées par le fournisseur) si un événement imprévu venait à contrecarrer votre programme.

On n’y pense pas forcément, mais le voyage maximise les probabilités des accidents (de la route, mais aussi de sport)… les statistiques tendent à le prouver, et ça s’explique assez facilement : vous n’êtes pas en terrain connu, vous ne connaissez pas forcément les habitudes de conduite de la population locale, vous ne maîtrisez pas votre environnement, vous n’êtes pas en zone de confort. Imaginez : vous jouez au tennis de plage, tranquillement, au soleil, et vous envoyez la balle directement dans l’œil d’un enfant qui construisait son château de sable. Votre responsabilité est engagée et vous devez prendre en charge les frais médicaux du blessé. Une assurance voyage avec une clause de « Responsabilité civile » vous aurait épargné cette dépense.

En revanche, la Responsabilité civile ne peut rien pour vous si vous vous blessez. Pour cela, il vous faut une « Individuelle accident » qui vous remboursera en cas sur les dommages subis en cas d’accident de la route, d’une chute au ski, etc. Elle intègre également le versement d’un capital en cas d’invalidité temporaire, permanente ou de décès (aux ayants droits dans ce dernier cas, naturellement). La moyenne du capital versé tourne généralement autour de 30 000 €, mais tout dépend de l’assureur et de la clause. Attention : la clause « Individuelle accident » ne couvre pas les blessures ou le décès causé par l’exercice d’une activité professionnelle au cours du voyage.