Le point sur la procédure de demande de visa pour l’Australie.

En dépit de sérieux atouts naturels et d’une renommée de premier choix, l’Australie n’est pas vraiment un mastodonte du tourisme mondial pour ce qui est des arrivées. En effet, le pays du Kangourou ne reçoit annuellement « que » 7 millions de visiteurs étrangers, soit moins que des contrées moins solaires comme la Belgique ou la Suisse. Pour remédier à ce contretemps et tirer profit de l’énorme potentiel de la destination, le gouvernement australien a inscrit le tourisme dans son programme des « cinq investissements prioritaires ». Le plan « Tourism 2020 » entend bien propulser l’Australie aux devants de la scène touristique internationale en s’appuyant principalement sur le marché asiatique. D’un autre côté, les procédures de demande de visa touristique ou d’affaires pour l’Australie ont gagné en simplicité et en fluidité. Nous vous proposons de synthétiser les principaux visas pour se rendre en Australie, que ce soit dans l’objectif de sillonner le pays, de faire des affaires ou d’immigrer définitivement…

 

L’ETA pour les séjours de moins de 3 mois

Les ressortissants français qui souhaitent se rendre en Australie pour tourisme ou pour affaires dans le cadre d’un séjour de moins de 3 mois sont désormais exemptés de la procédure de demande de visa australien. Ils devront simplement formuler une demande ETA (Electronic Transit Authorization) qui remplace le visa pour les ressortissants de certains pays. La demande ETA est gratuite et elle peut être délivrée par votre agence de voyage ou par l’Ambassade d’Australie à Paris. L’autorisation ETA  Australie est électroniquement liée à votre passeport français.

Plusieurs critères et restrictions doivent être observés : ne pas être atteint de la tuberculose, ne pas avoir de condamnations criminelles dont la durée cumulée de détention dépasse les 12 mois et ne pas dépasser trois mois par visite. Avec une autorisation ETA, vous pourrez vous rendre en Australie autant de fois que vous le désirez pendant 12 mois à compter de la date de délivrance, pour peu que votre passeport reste valide. Chaque séjour devra ne pas dépasser 3 mois. Attention : si l’ETA vous autorise à voyager en Australie pour faire des affaires, cela n’inclut pas le travail en Australie à proprement parler, mais uniquement des négociations de contrat, des conférences professionnelles, etc.

 

Le point sur les visas de séjour en Australie

Le visa de séjour touristique ne permet pas d’étudier ou de travailler en Australie. C’est le visa le plus commun pour un séjour en Australie dans un objectif exclusivement touristique. Si la durée de sa validité varie entre un et quatre ans, il n’ouvre droit qu’à un séjour d’une durée maximale de 6 mois. Notons que la demande du visa touristique pour partir en Australie est gratuite pour les voyageurs qui comptent passer moins de 3 mois au pays.

Les autorités australiennes proposent aux étudiants français de venir passer tout ou une partie de leur cursus universitaire en Australie. Pour cela, il s’agira de formuler la demande d’un visa étudiant (Student Visa) pour faire des études à plein temps. Ce visa donne le droit aux étudiants français de suivre des cours en Australie mais aussi de travailler afin de financer leur séjour et les frais d’inscription sans dépasser 20 heures par jour. Il est toutefois possible de travailler à plein temps pendant les vacances scolaires. Si vous souhaitez seulement passer un stage de fin d’études au sein d’une entreprise australienne, il faudra faire la demande du visa de stagiaire (Occupational Training Visa) qui vous donne le droit d’effectuer un stage rémunéré.

Les autorités australiennes proposent d’autres visas de séjour : le Sponsorship Visa ou visa sponsorisé, destiné aux ressortissants français parrainés (ou sponsorisés) par des entreprises australiennes, le visa temporaire d’affaires qui permet aux professionnels français de se rendre en Australie pour des périodes maximales de 3 mois dans l’objectif de réaliser des études de marché, des réunions ou des négociations contractuelles ou encore le visa de résidence temporaire habituellement réservé aux ressortissants qui disposent d’une compétence pointue que le marché local est incapable de fournir.

 

Visa Australie

Opéra de Sydney

 

Le point sur les visas d’immigration pour vivre en Australie

En Australie, la tendance depuis quelques années est au contrôle et à la régulation stricte de l’immigration : les nouveaux immigrants ne peuvent plus bénéficier de la sécurité sociale avant d’avoir passé deux ans en Australie. En règle générale, le visa de séjour permanent en Australie est délivré dans trois cas :

  • Pour des considérations d’ordre familial : le candidat doit être un « membre privilégié » d’une famille résidente : conjoint, concubin, enfant, parent, membre de la famille à charge ou dernier parent vivant hors Australie ;
  • Pour des considérations d’ordre humanitaire : le candidat doit prouver que sa vie est menacée en raison de ses convictions personnelles ou politiques afin d’obtenir l’asile en Australie ;
  • Pour des considérations d’ordre économique : le candidat devra remplir des critères de base et obtenir un score satisfaisant au « test à points » qui évalue son potentiel d’investisseur pour être éligible à la résidence permanente économique. Ainsi, le candidat à l’immigration permanente en Australie sera évalué sur son passé professionnel pendant les 4 dernières années. Il devra par ailleurs être ou avoir été dirigeant ou actionnaire au sein d’une grande firme. Il sera également évalué sur ses derniers chiffres d’affaires, le nombre d’employés que compte son projet, son secteur d’activité, mais aussi son âge, son niveau d’anglais et sa fortune personnelle. Notons que pour l’immigration permanente en Australie est souvent conditionnée par l’absence sur le marché local de compétences australiennes dans le domaine. Les critères de délivrance du visa pour l’immigration permanente restent somme toute assez subjectifs et le cas par cas prend souvent le dessus. Pour plus d’informations à ce sujet, il faudra s’adresser directement à l’ambassade d’Australie à Paris.

 

NB : nous avons volontairement omis le Working Holiday Visa (WHV Australie ou PVT Australie) de cet article de synthèse. En effet, en raison de sa particularité, nous avons choisi de consacrer une page complète au programme vacances travail australien.

 

Autres articles concernant les visas: