Programme Vacances Travail : le point sur le WHV Japon

Des traditions millénaires couplées au futurisme le plus absolu, une culture aux antipodes de nos habitudes occidentales, une prospérité économique miraculeuse… Les attraits du Japon sont irrésistibles ; ils le sont encore plus pour un PVTiste ! Avec la Nouvelle-Zélande et le Canada, le Japon est l’un des premiers pays à avoir ratifié l’accord bilatéral relatif au « visa vacances travail » avec la France.

Ainsi, depuis le 8 janvier 1999, et pour « approfondir les relations d’amitié et de compréhension mutuelle entre la France et le Japon », les jeunes ressortissants des deux pays peuvent vivre une expérience culturelle mais aussi professionnelle grâce au Working Holiday Visa. Après les Canadiens, ce sont les Japonais qui ont le plus afflué dans l’Hexagone en 2015 dans le cadre du programme vacances travail avec près de 700 PVTistes. D’un autre côté, le Japon est la 4e destination la plus prisée par les Français. Ils ont été près de 1 000 à décrocher le PVT Japon, soit 20% de plus qu’en 2014 ! Il faut savoir que le Japon impose aux Français un quota de 1 500 places depuis 1999, mais il n’a jamais été atteint. Ce billet vous propose de passer en revue les procédures de délivrance du WHV Japon, les conditions d’admissibilité et les restrictions éventuelles.

 

working holiday visa japon

 

Les conditions d’admissibilité au WHV Japon

Les procédures de demande du visa vacances travail Japon sont sensiblement les mêmes que celles qui s’appliquent aux autres VVT, avec toutefois quelques différences notamment sur le volet de l’assurance, des économies et du passeport. Contrairement au WHV Australie, au WHV Canada ou au WHV Nouvelle Zélande, la demande du WHV Japon est totalement gratuite ! Pour se rendre au « Pays du Soleil Levant » dans le cadre du Working Holiday Visa, il s’agira de remplir les conditions suivantes :

  • Avoir entre 18 et 30 ans lors de la formulation de votre demande de visa WHV Japon. Comme il est coutume dans l’ensemble des autres PVT, c’est la date de la demande qui compte. Si vous approchez de la trentaine, vous pouvez toujours faire votre demande et voyager au Japon même si vous dépassez l’âge plafond. Dès l’obtention de votre visa, vous disposez de 12 mois pour vous rendre au Japon pour une période de 12 mois non renouvelable ;
  • Posséder un passeport en cours de validité délivré pas un des pays signataires de l’accord WHV avec le Japon. A l’arrivée, il faut impérativement présenter le même passeport que celui qui a servi à formuler la demande de PVT Japon. En cas de perte, prévenir les autorités japonaises dans les plus brefs délais. Attention, une contrainte supplémentaire s’applique à votre passeport. Si l’adresse qui figure sur votre titre de séjour est différente de celle de votre demande de visa PVT, il faudra impérativement garder sur soi un justificatif de domicile à votre nom ;
  • Justifier de fonds suffisants pour voyager au Japon et subvenir à ses besoins en attendant de trouver un travail. Le seuil fixé par les autorités nippones est de 3 100 € si l’on présente un billet d’avion aller-retour dont les deux échéances sont espacées de 6 mois avec une date de retour modifiable. Si vous ne présentez qu’un billet d’avion en aller simple, il faudra alors présenter une épargne de 4 500 € minimum. La preuve de fonds peut être un relevé de compte bancaire ou une attestation (très) récente signée par un notaire ;
  • En être à sa première participation. Contrairement au PVT Russie, au PVT Australie, au PVT Nouvelle-Zélande ou encore au PVT Canada, le PVT Japon n’est pas renouvelable. Attention : si vous obtenez votre PVT Japon sans l’activer, vous ne pourrez plus formuler une demande ultérieure et le PVT sera perdu ;
  • Si elle n’est pas obligatoire, une assurance PVT (rapatriement et hospitalisation) est fortement conseillée, d’autant plus que les frais médicaux au Japon sont très élevés.

 

Les étapes de la procédure WHV Japon

Pour formuler votre demande de VVT Japon, vous devrez vous présenter en personne au consulat ou au service consulaire le plus proche. Si vous résidez dans un département d’outre-mer, vous devrez vous entretenir avec l’ambassade du Japon en France par téléphone avant d’entreprendre quoi que ce soit. La procédure est simple mais les autorités nippones sont formelles : pas de documents tronqués, pas de fichiers électroniques, de fax ou papiers anciens (plus d’un mois).

Les documents à fournir sont les suivants :

  • un passeport français valide;
  • une photocopie des pages d’identification (2 et 3) de votre titre de séjour;
  • une photo d’identité récente (moins de 6 mois) collée sur le formulaire;
  •  un CV rédigé selon ce modèle;
  •  un justificatif de fonds à votre nom;
  • une lettre de motivation (officiellement une lettre détaillant « les origines de vos intérêts pour le Japon »);
  • un certificat médical de moins d’un mois;
  • le formulaire « Programme de séjour » rempli et le formulaire de demande de visa PVT Japon dûment rempli (en anglais). Attention : la signature sur le formulaire devra être identique à celle qui figure sur votre passeport.

 

Trouver un emploi au Japon

Pendant votre séjour au Japon dans le cadre du Working Holiday Visa, vous avez la possibilité de travailler pour autant d’employeurs que vous le souhaitez. Notez toutefois que certains postes sont réglementés par la « Law On Control and Improvement of Amusement and Entertainment Business » qui interdit l’accès aux emplois dans les bars et les boites de nuit aux PVTistes. Comme souvent, enseigner l’anglais et le français semble être la meilleure option : les cours sont bien payés et vous avez du temps libre pour sillonner le pays.

Au Japon, vous aurez aussi l’occasion de gagner 1 000 yen (8,8 €) par heure en … apprenant le japonais ! Ca ne s’invente pas… En effet, l’Etat paie des étudiants pour assister aux cours des futurs professeurs de langue. Une opportunité certes intéressante mais qui ne pourra en aucun cas servir d’activité professionnelle principale dans la mesure où les heures de cours sont peu nombreuses.

 

Autres articles concernant les Working Holiday Visa: