L’alternative des maisons et villas à louer grignote des parts de marché à la chambre d’hôtel


18 novembre 2019 Facebook Twitter LinkedIn Google+ News,Tourisme



Il y a eu un avant et un après Airbnb. Fer de lance de l’engouement pour la location à court terme et catalyseur de l’investissement immobilier locatif un peu partout dans le monde, le géant américain basé à San Francisco a sans doute changé les règles du jeu.

Les études sur le comportement d’achat des touristes en matière d’hébergement se suivent et se ressemblent : les réservations dans les hôtels battent de l’aile et les professionnels de la filière hôtelière puisent désormais dans ce qui fait la force des résidences de vacances.

Le duel « hôtel – résidence » de vacances anime la filière de l’hébergement touristique

Le tourisme fait partie du club très fermé des cœurs de métier qui ne connaissent pas de crises systémiques sur le long-terme. Aujourd’hui, dans le contexte de la post-digitalisation des principaux acteurs du secteur, les consommateurs de la chose touristique ont toutes les cartes en main pour gérer leur séjour, de l’hébergement au circuit en passant par les billets d’avion, les assurances ou encore la « vocation » du voyage. Le duel entre l’hébergement hôtelier et la location des appartements et maisons de vacance est sans doute le trend le plus marquant de la décennie pour les professionnels de la filière.

D’aucuns jugent les chambres d’hôtel froides et impersonnelles dans un contexte où les clients semblent remettre la convivialité au centre de leurs préoccupations. Dans les résidences de vacances, cette convivialité est puisée dans le fait d’inviter des membres de la famille et des amis sans débourser le moindre euro.

La location des résidences de vacances opère sa « mue »

Le rôle de première alternative à la chambre d’hôtel a vu se succéder un certains nombres d’offres d’hébergement : campings sauvages et aménagés, auberges, gîtes ruraux, chambre chez l’habitant… Aujourd’hui, c’est le segment des maisons et villas à louer à court terme qui prend le relais.

Une étude réalisée par TripAdvisor a révélé que 43 % des voyageurs prévoient de séjourner au moins une semaine par an dans une location de vacances, tandis qu’un quart des personnes sondées prévoyaient d’y passer jusqu’à deux semaines par an. Cette tendance haussière vient donc logiquement grignoter des parts de marché à l’option de la chambre d’hôtel, puisque seuls 24 % des voyageurs sondés prévoyaient de passer plus de deux nuits à l’hôtel, y compris pour des séjours d’affaires.

En somme, TripAdvisor note que le secteur de la location des résidences de vacances opère sa « mue » pour s’imposer, pour dire le moins, en alternative de choix à la chambre d’hôtel, avec un meilleur potentiel en matière de durée de séjour pour les professionnels.

La location des résidences de vacances : la carte gagnante des commodités

Par son essence, le segment des maisons et villas à louer a défini de nouveaux standards ou, comme diraient les spécialistes du marketing stratégique, de nouveaux facteurs clés de succès (FCS) pour gagner en compétitivité. Une (bonne) connexion Wifi gratuite, une machine à laver et un lave-linge à disposition, une cour ou un patio (parfois même avec un jacuzzi opérationnel), une cuisine équipée… le voyageur et sa famille bénéficient du confort que l’on est en droit d’attendre d’un hébergement résidentiel.

Toujours selon l’étude TripAdvisor, 50 % des voyageurs qui choisissent une location de vacances plutôt qu’un hôtel motivent leur décision par les commodités disponibles sans frais supplémentaires. Un choix gagnant puisque l’écrasante majorité de ces voyageurs (94 %) se disent « satisfaits » de l’expérience. Les commodités les plus plébiscitées par ces touristes sont la cuisine équipée (le budget alimentation se voit réduit de moitié, au moins), la piscine privée, le wifi gratuit, la possibilité d’amener son animal de compagnie et le fait de disposer d’une terrasse privée.

Le coût du mètre carré : des économies de 50 %, au bas mot

Les conclusions de l’étude démontrent que les voyageurs qui optent pour une maison ou une villa de vacances disposent d’une superficie nettement supérieure à celle à laquelle ils auraient pu prétendre dans un hôtel. La superficie moyenne d’une location de vacances tourne autour de 185 m², contre un peu moins de 37 m² pour une chambre d’hôtel. Et qui dit plus d’espace, dit possibilité de voyager à plusieurs et de se partager les frais pour réaliser plus d’activités, faire ses emplettes sans craindre de casser la tirelire et bénéficier d’un meilleur confort avec un meilleur ratio superficie/personne.

Les voyageurs peuvent s’attendre à réaliser des économies d’environ 50 % sur le mètre carré lorsqu’ils optent pour une résidence de vacances comparativement à un séjour dans une chambre d’hôtel dans un établissement de 3 étoiles et plus.

L’attrait générationnel des locations de vacances

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les locations de vacances ne sont pas exclusivement plébiscitées par les familles. En effet, 75 % des répondants âgés de 25 à 34 ans affirment avoir déjà séjourné dans une maison ou une villa pour les vacances, avec une différence que l’on ne retrouve pas chez les familles : la colocation avec des inconnus. Les Millenials s’approprient donc la location de vacances en y ajoutant la composante de la socialisation.

Les données démographiques sur les locataires des résidences de vacances démontrent même que ce sont les couples qui ont le plus recours à la location des résidences de vacances (52 %), suivis par les familles et les grands groupes (38 %). Les voyageurs seuls arrivent donc en troisième position avec 10 % des locations.

Plus qu’une simple tendance éphémère, l’engouement autour des options alternatives d’hébergement de vacances et d’affaires s’inscrit dans le changement progressif des habitudes de consommation touristique en général, avec l’hébergement mais aussi les activités réalisées, les destinations choisies et les moyens de transport plébiscités. Le verbatim du touriste tend désormais vers le voyage durable, la convivialité, l’intimité, l’expérience humaine, la personnalisation et le « voyage qui a du sens ».