Programme Vacances Travail : le point sur le WHV Chili

Vous souhaitez partir sur les traces de Ferdinand Magellan pour une aventure humaine en terre chilienne ? Préparez-vous à sillonner quelques-uns des paysages les plus paysages au monde, du désert d’Atacama au cap Horn, un verre de Pisco à la main au cœur d’un pays en plein boom économique. Il a fallu attendre 2015 pour voir le PVT Chili se concrétiser, devenant ainsi la 2e destination hispanophone à faire de l’œil aux PVTistes français, avant que le WHV Colombie et l’Uruguay ne lui emboîtent le pas à la fin de la même année. Alliant des paysages à couper le souffle et une culture haute en couleur, le Chili fait partie des destinations PVT les plus prometteuses même s’il est parfois laborieux de trouver un travail pour financer son séjour WHV. Le ministère français des Affaires étrangères et du Développement International (MAEDI) a omis les destinations récentes de son rapport sur le programme vacances travail, mais nous pouvons d’ores et déjà avancer que les 200 places réservées aux PVTistes français pour l’exercice 2016 devraient partir comme des petits pains ! Quelles sont les conditions d’admissibilité et les différentes étapes de la procédure d’obtention du visa vacances travail Chili ?

 

Working Holiday Visa Chili

 

Les conditions d’admissibilité au WHV Chili

Si le Chili n’est devenu accessible aux PVTistes français que depuis novembre 2015, les PVTistes canadiens expérimentent cette destination sud-américaine depuis 2008, et les échos sont pour le moins dithyrambiques ! Pourquoi se rendre au Chili dans le cadre d’un Working Holiday Visa ? Tout simplement parce que cette destination en dehors des sentiers battus maintient toujours un capital dépaysant de premier choix et un dynamisme économique remarquable qui sied tout particulièrement aux jeunes actifs. Les conditions d’admissibilité restent plus ou moins similaires à celles des autres PVT, avec toutefois une contrainte supplémentaire au niveau de l’assurance PVT que nous détaillerons par la suite.

Contrairement au PVT Australie ou au PVT Nouvelle Zélande, le Chili impose un quota plutôt réduit aux ressortissants français (200 place), mais il est probable que plus de places seront disponibles au moment où ce quota sera atteint, ce qui devrait être le cas cette année au vu de l’engouement suscité par l’annonce de l’entrée en vigueur du PVT Chili. Passons à présent en revue les différents critères d’admissibilité au WHV Chili :

  • Âge : rien de bien différent des autres programmes vacances travail. Le WHV Chili est exclusivement destiné aux ressortissants des pays signataires âgés de 18 à 30 ans au moment de la demande de visa PVT et non au moment du voyage au Chili. Les Canadiens peuvent toutefois prétendre au WHV Chili jusqu’à l’âge de 35 ans. Si vous approchez de la trentaine, sachez qu’il suffit de formuler la demande (avec le dossier complet) avant votre anniversaire. Vous pourrez par la suite profiter de votre séjour même si vous dépassez l’âge plafond ;
  • Posséder un titre de séjour en cours de validité, délivré par un des pays signataires de l’accord PVT avec le Chili. Bien entendu, votre passeport devra être valide pendant toute la durée de votre séjour au Chili. Si vous avez deux passeports, veillez à utiliser le même titre de séjour que celui qui a été utilisé lors de la formulation de la demande de visa PVT ;
  • Comme pour le PVT Argentine, vous devrez justifier d’économies dépassant les 2 500 € si vous êtes Français. Aucun seuil n’est en revanche requis pour les Canadiens. Contrairement aux autorités australiennes ou néozélandaises qui font parfois preuve d’un certain laxisme en la matière, les autorités consulaires chiliennes (et celles de l’Amérique du Sud en général) exigent une preuve en bonne et due forme attestant que vous disposez des économies suffisantes pour financer votre voyage VVT. Munissez-vous donc d’un relevé de compte bancaire récent signé et tamponné par votre agence bancaire. Les PVTistes canadiens doivent en plus joindre un billet d’avion aller-retour, ce qui n’est pas le cas pour les Français qui peuvent s’en passer (à l’heure de l’écriture de ses lignes) ;
  • Le PVT Chili se distingue de ses pairs par une contrainte supplémentaire en matière d’assurance PVT. En effet, l’attestation de l’assurance santé et rapatriement doit être présentée au moment de la demande du VVT Chili, et elle doit vous couvrir pendant au moins 365 jours. N’hésitez pas à consulter un comparatif d’assurances pour profiter des meilleures conditions du marché ;
  • Le Chili n’admet pas le renouvellement du visa WHV. Vous êtes donc limité à un seul PVT Chili même si vous disposez de deux passeports délivrés par deux pays différents.

 

Si le Chili n’alloue qu’un maigre quota de quelque 200 places aux Français (contre 750 pour les PVTistes canadiens), il faut noter que le compteur a été remis à zéro le 1er janvier 2016. Les frais de participation sont relativement élevés comparés à ce qui se fait ailleurs. On est donc loin de la gratuité de certains programmes (WHV Argentine, WHV Japon ou encore WHV Corée du Sud). Il faudra débourser 113 € pour décrocher le VVT chilien. Nous ne le répéterons jamais assez : il est primordial de disposer d’économies suffisantes pour financer votre séjour au Chili, d’une part parce que nous ne disposons pas encore du recul nécessaire pour évaluer les opportunités d’emploi qui s’offriront à vous sur place, et d’autre part parce que vous serez à plusieurs dizaines de milliers de kilomètres de la France. Cela est encore plus vrai pour les PVTistes français qui ne parlent pas espagnol. Notons enfin que le WHV Chili ouvre droit à un séjour de 12 mois, à condition de se rendre au Chili dans les 3 mois suivants la délivrance du visa PVT.

 

Les étapes de la procédure WHV Chili

Attention, les documents à réunir sont plutôt conséquents. Il faudra faire preuve de rigueur pour éviter tout oubli qui pourrait vous coûter du temps. Pour décrocher le PVT Chili, il faudra rédiger une lettre de motivation expliquant les motivations de votre WHV Chili, remplir un formulaire sur le site du consulat du Chili en France, joindre une photocopie des pages d’identification de votre passeport français (ou autre) ainsi qu’une photo d’identité récente, un relevé de compte bancaire attestant d’une somme minimale de 2 500 € (signé et tamponné), un extrait de casier judiciaire de moins de 2 mois via le site du ministère de la Justice (démarche gratuite), un certificat médical attestant de votre bonne santé, une assurance santé et rapatriement avec une couverture internationale sur 365 jours au minimum et enfin une preuve de filiation (photocopie du livret de famille ou de votre acte de naissance).

Le délai de traitement de votre demande PVT Chili sera en moyenne de 15 jours, au bout desquels vous devrez vous rendre au consulat du Chili à Paris pour payer les frais et retirer votre visa. Il est impératif de se déplacer en personne (du lundi au jeudi uniquement).

 

Trouver un emploi au Chili

Si l’économie du Chili est en pleine expansion, il faudra faire preuve d’abnégation et de beaucoup de patience pour trouver un petit boulot. Le Wwoofing est par ailleurs en plein boom, notamment à Coyhaique où de nombreuses structures proposent un travail à la ferme en échange d’un logement et d’un couvert. Le tourisme et l’agriculture sont vraisemblablement les secteurs les plus à même de recruter des PVTistes. Toutefois, nous conseillons d’abord de voir s’il est possible de donner des cours de français (ou d’anglais). C’est le meilleur moyen de toucher un revenu intéressant et de disposer de ses week-end (et des vacances scolaires) pour visiter le Chili et pourquoi pas partir à la conquête des autres contrées d’Amérique latine !

 

Autres articles concernant les Working Holiday Visa: